Le cancer du testicule

le cancer du testicule

01La définition

02Les facteurs de risque

03Le diagnostic

04Le traitement

La définition

Le testicule a 2 fonctions précises :

  • La sécrétion de testostérone (hormone mâle)
  • La fabrication des spermatozoïdes

Le cancer du testicule survient chez l’homme jeune, et présente des taux de guérison approchant 100%. Il représente environ 5% des cancers urologiques, et se manifeste chez l’homme jeune : rarement avant 15 ans et après 50 ans.

définition du cancer du testicule

Facteurs de risque

Les principaux facteurs de risque sont :

  • Un testicule non descendu au cours de l’enfance : le testicule se retrouve en position « abdominale » car il n’est pas descendu dans le scrotum (le testicule nait dans le l’abdomen durant la phase intra-utérine et va descendre dans le scrotum ensuite). Le risque de cancer est alors 35 fois supérieur à la norme
  • cancer du testicule

  • Une atrophie du testicule (diminution de volume), témoin d’une souffrance du testicule ancienne :soit par traumatisme, soit par infection ancienne

Le diagnostic

Le diagnostic est le plus souvent fortuit (pas de symptomatologie particulière). Le patient remarque une « boule », ou une « masse » au contact de son testicule : cette dernière est en général dure, irrégulière et assez sensible. Dans de rares cas, ce dernier va être découvert par la présence de métastases, ganglionnaires le plus souvent, car le cancer du testicule colonise volontiers les ganglions en première intention.

Le diagnostic du cancer du testicule

Le diagnostic se fait par  :

  • CLINIQUE : palpation des bourses : tuméfaction dure, irrégulière, sensible
  • IMAGERIE : échographie testiculaire retrouvant une masse développée au dépend du testicule, hypervascularisée
  • BIOLOGIE : des marqueurs dans le sang sont dosés et vont signer un cancer du testicule : HCG Total, Alphafoetoprotéine, LDH. Ces marqueurs sanguins sont très importants et vont aussi aider à caractériser le type de cancer testiculaire.

Il est important de souligner 2 points

  • Le retard diagnostique doit être combattu car il est très préjudiciable pour l’avenir du patient. Il peut excéder 6 mois soit parce que le patient par pudeur ou manque d’intérêt n’ose pas en parler à son médecin, soit parce que la tumeur a été prise à tort pour une pathologie bénigne, infectieuse notamment. Il faut donc insister sur la nécessité de consulter immédiatement son médecin devant toute modification de la texture et/ou du volume des testicules à l’autopalpation.
  • Bien que le pronostic du cancer du testicule soit globalement bon, il ne faut pas oublier que cette maladie surprend l’adulte jeune à un moment de sa vie où il s’épanouit personnellement et professionnellement. Le diagnostic de cette maladie constitue donc une rupture violente dans la construction personnelle de cette personne. Il faut donc particulièrement être attentif à un accompagnement adapté au moment de l’annonce du diagnostic

Le traitement

Le traitement de première intention consiste en l’ablation du testicule cancéreux (orchidectomie). Il a 2 buts :

  • Retirer la tumeur mère initiale
  • Evaluer le type de tumeur, car il en existe deux grands types : Les séminomes et les tumeurs non séminomateuses

Une prothèse testiculaire peut alors être mise en place par souci esthétique, si le patient le désire :

  • Soit dans le même temps opératoire
  • Soit secondairement, à distance du geste opératoire

Une fois le geste d’orchidectomie réalisé, en fonction du type de tumeur testiculaire et de l’extension du cancer, il pourra être proposé :

  • de la chimiothérapie
  • de la radiothérapie (beaucoup plus rare)
  • Une simple surveillance

cancer du testicule conclusion

réseau d'aide et de lutte contre le cancer

ONCAUVERGNE Le réseau de professionnels qui vous aide dans la lutte contre le cancer

Mieux connaître le réseau ONCAUVERGNE …

Log in

fb iconLog in with Facebook
create an account